14 juin 2006

Rien de grave de Justine Lévy, éd. Stock (2004)

« Je le rends responsable de tout, à l’époque. Ma tristesse, c’est lui. Mes cauchemars, c’est lui. Ma boulimie et mon anorexie, la mort de ma grand-mère et l’assassinat du commandant Massoud, le mauvais temps, le SRAS, le conflit israélo-palestinien, ma première ride, mes yeux cernés, c’est encore et toujours lui. » Vous vous souvenez de l’évènement phare des magazines people de l’année 2004 ? Justine Lévy, fille de BHL, vient d’être plaquée par son philosophe de mari, Raphaël Enthoven pour l’apprentie chanteuse... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 16:12 - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 juin 2006

Maus de Art Spiegelman (1978-1991)

Prix Pulitzer 1992 Une bande dessinée-fleuve : Lors de leurs conversations Art Spiegelman soutire à son père son histoire personnelle dans l’Histoire de l’Holocauste : de 1935 à 1945 Vladek raconte son parcours qui fut une éternelle fuite : d’abord les discriminations envers les Juifs, les ghettos, le marché noir, les cachettes improbables pour finalement arriver aux camps de concentration, et à la libération. Ici les Juifs sont des souris, les Allemands des chats, les Polonais des cochons et... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2006

L’Attrape-cœurs (The Catcher in the Rye) de JD Salinger (1951)

« Take most people, they’re crazy about cars. They worry if they get a little scratch on them, and they’re always talking about how many miles they get to a gallon, and if they get a brand-new car already they start thinking about trading it in for one’s that’s even newer. I don’t even like old cars. I mean they don’t even interest me. I’d rather have a goddam horse. A horse is at least human, for God’s sake. » ### Après Cécile et Marie-Antoinette, on continue dans notre... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2006

This is Versailles !

Marie Antoinette de Sofia Coppola On trouve des critiques çà et là et des tas d’autres gens sur le net qui ont leur avis sur la question ! Je reste quand même un peu perplexe devant cette remarque parce que pour ma part, ça ne m’a pas interpellé. Marie Antoinette, héritière des Habsbourg, est mariée à l’âge de 15 ans au Dauphin de France, Louis Auguste. Le film est centré sur ses jeunes années où l’ennui, la difficile compréhension des mœurs de la Cour ainsi que les relations complexes avec son mari la... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 17:08 - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 juin 2006

Bonjour tristesse de Françoise Sagan (1954)

« Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau grave nom de tristesse. C’est un sentiment si complet, si égoïste que j’en ai presque honte alors que la tristesse m’a toujours paru honorable. Je ne la connaissais pas, elle, mais l’ennui, le regret, plus rarement le remords. Aujourd’hui, quelque chose se replie sur moi comme une soie, énervante et douce, et me sépare des autres. » Luxe, calme et volupté : un été brûlant sur la Méditerranée. Cécile, 17 ans, jouit de... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 15:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 mai 2006

Je veux un bébé ! (moi non plus) de Lynda Corazza, éd. Delcourt, 2006

Honnêtement, pour l’instant la maternité ne m’intéresse que de très loin… Alors les guides de grossesse, d’éducation, de prénoms, que sais-je encore, je les évite plutôt. Evincer cette BD pour cette raison serait sous-estimer le talent de Lynda Corazza. (blog ici) Sa force, outre dédramatiser toutes les situations, c’est justement de parvenir à nous faire rire sans que l’on soit pour autant impliqué. De la décision de faire un bébé aux cadeaux de naissance, Lynda nous entraîne dans les états d’âme, les petites étapes,... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 09:31 - Commentaires [12] - Permalien [#]

12 mai 2006

L’orange mécanique de Anthony Burgess, éd. Pocket

« Peut-être n’est-il pas si bon que ça d’être bon, mon petit 6655321. Il se peut que ce soit affreux, même. Et ce disant, crois bien que je mesure jusqu’à quel point ces paroles peuvent sembler contradictoires. Je le sais, cela me vaudra des nuits et des nuits sans sommeil. Que veut Dieu ? Le Bien ? Ou que l’on choisisse le Bien ? L’homme qui choisit le Mal est-il peut-être, en un sens, meilleur que celui à qui on impose le Bien ? Question ardues et qui vont loin, mon petit 6655321. » Dès la nuit tombée, Alex, 15... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 10:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 mai 2006

Citation du jour...

Sur l'émail d'un fond rythmique de mesures et d'angles, de tons et de teintes, portrait de M. Felix Fénéon en 1890, par Signac, 1890, Musée Kroller-Muller, Pays-Bas « Toute nouveauté pour être admise a besoin que beaucoup d’imbéciles meurent. Nous faisons des vœux pour que cela arrive le plus tôt possible. » [le critique et écrivain Félix Fénéon défend le néo-impressionnisme en 1889…]
Posté par patedamande à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mai 2006

Découpé en tranches de Zep, éd. Seuil (2006)

« Je dessine pour apprivoiser le monde… » Sous forme de tranches de vie, Zep illustre de courtes pensées autobiographiques… Plus touchant que le maintenant trop commercial Titeuf, et plus proche de son travail sur L’Enfer des concerts, il s’agit d’un album à la fois tendre, drôle et parfois émouvant. Les interrogations liées à l’enfance, les interrogations liées au fait d’être parent, les interrogations liées à la mort, l’amour de la musique, et autres thèmes universels qui établissent une proximité entre l’auteur... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2006

Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby Jr

« Le temps passait – des mois, des années peut-être même, qui sait, et la robe était usée, il lui restait une jupe et un tricot minables et les bars de Broadway étaient devenus les bars de la 8ème avenue, mais bientôt ces boîtes avec leurs putains, leurs souteneurs, leurs pédés, leurs tapettes, leurs fanfarons la mirent à la porte, puis le linoléum par terre se changeant en simples planches, puis ces planches furent recouvertes de sciures, et elle passait des heures avec une bière dans un boui-boui sur les quais, gueulant et... [Lire la suite]
Posté par patedamande à 09:42 - Commentaires [6] - Permalien [#]